Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Recette de tarte frite de Dean Fearing

Recette de tarte frite de Dean Fearing



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ingrédients

Pour les lanières de tortilla frites :

  • 1 litre d'huile végétale
  • 5 tortillas de maïs jaune, coupées en lanières courtes et étroites

Pour la base pimentée :

  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • ½ petit oignon jaune, haché grossièrement
  • 1 carotte moyenne, pelée et hachée grossièrement
  • 1 échalote moyenne, grossièrement hachée
  • 3 gousses d'ail moyennes, écrasées
  • 1 côte de céleri, feuilles enlevées et hachées
  • 2 jalapeños, tranchés
  • ½ cuillère à café de cumin
  • 10 piments ancho, tige et graines enlevées
  • 2 piments pasilla, tige et graines enlevées
  • 1 bière de 12 onces, de préférence Méné Bock ou une autre bière ambrée brune
  • 1 tasse de jus d'orange
  • 1 tasse de bouillon de poulet riche
  • ¼ tasse d'arachides grillées non salées
  • 1 tasse de lanières de tortilla frites ou de chips de maïs Fritos

Pour le chili de Cos :

  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • 16 onces de surlonge de bœuf, en petits dés
  • 1 petit oignon jaune
  • 3 tasses de base de chili
  • Sel au goût
  • Poivre noir frais moulu au goût
  • 1 cuillère à café de Tabasco
  • 1 citron vert, pressé
  • Tortillas fines frites ou chips de maïs Fritos
  • Fromage cheddar râpé, pour la garniture
  • Jalapeños frais, émincés, pour la garniture
  • Oignons rouges, émincés, pour la garniture

Instructions

Pour les lanières de tortilla frites :

Dans une sauteuse moyenne, chauffer l'huile à 350 degrés. Ajouter les lanières de tortilla et cuire jusqu'à ce qu'elles soient croustillantes. Retirer de l'huile et placer sur du papier absorbant pour filtrer l'excès d'huile. Assaisonnez avec du sel.

Pour la base pimentée :

Dans une sauteuse moyenne à feu moyen-élevé, ajouter l'huile, les oignons, la carotte, les échalotes, l'ail, le céleri et le jalapeño. Faire sauter jusqu'à ce que les légumes commencent à caraméliser, environ 10-15 minutes. Incorporer le cumin et les piments. Déglacer le mélange avec la bière, le jus d'orange et le bouillon. Cuire 5 minutes supplémentaires à feu moyen-élevé. Baisser le feu et laisser mijoter, ajouter les cacahuètes et les lanières de tortilla et cuire le mélange jusqu'à ce que le liquide ait réduit de moitié, environ 30 minutes. Réduire en purée au mélangeur jusqu'à consistance très lisse.

Pour le chili de Cos :

Dans une sauteuse moyenne à feu vif, ajouter l'huile d'olive, la viande en dés et les oignons et cuire jusqu'à ce que les oignons deviennent translucides, environ 5-8 minutes. Ajouter la base de chili et poursuivre la cuisson à feu moyen jusqu'à ce que la viande soit tendre, environ 1 heure. Assaisonner avec du sel, du poivre noir, du cumin, de la sauce Tabasco et du jus de lime.

Pour servir, ajoutez des chips tortilla dans chacun des quatre bols chauds. Déposer le chili sur les chips. Ajouter des garnitures, au goût.


Tarte Frito Chili

Ma bonne recette de base de chili et l'une de mes façons préférées de l'utiliser!

gousses d'ail, émincées (facultatif)

boîte (format 12-14 onces) de sauce tomate

boîte (10 onces) Ro-tel (tomates en dés et piments)

poudre de chili (plus au goût)

boîte (14 onces) de haricots rouges, égouttés et rincés

boîte (14 onces) de haricots pinto, égouttés et rincés

masa (farine de maïs) ou semoule de maïs ordinaire

Sachets individuels de Fritos

Fromage cheddar fort râpé

Faire revenir le mandrin moulu avec de l'ail dans une casserole à feu moyen-élevé. Ajouter la sauce tomate, le Rotel, le sel, l'origan, le cumin et la poudre de chili. Couvrir et réduire le feu à doux. Laisser mijoter pendant 30 minutes.

Ajouter les haricots égouttés et rincés. Mélanger, puis couvrir et laisser mijoter encore 20 minutes.

Mélanger le masa avec de l'eau, puis l'ajouter au chili. Mélanger et laisser mijoter pendant 10 à 15 minutes finales. Mettre de côté.

Servir en coupant les sacs Frito ouverts dans le sens de la longueur. Incorporer le chili et le fromage, et l'oignon en dés si vous en utilisez. Servir immédiatement avec des fourchettes en plastique. Un plaisir pour la foule !

Nous sommes immergés dans le football en ce moment. Il n'y a pas d'autre façon de le dire. Marlboro Man entraîne mes deux garçons & équipe de football, Marlboro Man et moi sommes tous les deux à l'écoute et regardons tous les matchs universitaires que nous pouvons trouver à la télévision et si cela suffisait, nous sommes également allés à certains de nos matchs à domicile du lycée local vendredi soir.

Il n'y a rien de tel que les matchs de football au lycée pour vous replonger dans l'adolescence. L'air frais de la nuit presque à l'automne & helliples gars torse nu peints avec leurs couleurs d'équipe&rsquos&hellipthe adorables pom-pom girls, qui, soit dit en passant, ont beaucoup plus d'énergie que je me souviens avoir à dix-sept ans&hellipthe les chansons de Bon Jovi explosant sur le haut-parleur entre les jeux. Y a-t-il une sorte d'exigence selon laquelle les matchs de football au lycée dirigent Bon Jovi jusqu'à la fin des temps ? Je ne me plains pas, remarquez. Au contraire. Entendre&ndashand chanter très fort pour&ndash&ldquoLivin&rsquo lors d'une prière&rdquo vendredi dernier était la meilleure chose qui me soit arrivée depuis longtemps.

C'était la pire chose que&rsquos déjà arrivé à ma fille de quatorze ans. Mais je lui ai dit que des choses comme ça forment le caractère.

Les matchs de football au lycée signifient également des tartes au chili Frito.

Hier soir, j'en ai préparé pour le dîner. Je vous encourage à faire de même cette semaine !


Raisins rôtis au four sur la vigne (page 23)

De Mozza à la maison : plus de 150 recettes qui plaisent à tous pour des réceptions décontractées et familiales Mozza à la maison par Nancy Silverton et Carolynn Carreño

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer cette recette de votre étagère ? Cela supprimera tous les signets que vous avez créés pour cette recette.

  • Catégories : Rapide / facile Apéritifs / entrées Dîners/réceptions Italien Végétalien Végétarien
  • Ingrédients: les raisins
  • Accompagnements :Ella's pinzimonio Poivrons marinés rôtis Oignons glacés agrodolce Lentilles marinées Purée de pois chiches alla Massolino Salade de haricots au pesto de feuilles de céleri Haricots blancs Radicchio poêlé à la vinaigrette balsamique Gousses d'ail braisées Gousses d'ail confites Salade de tomates de Faith avec burrata et croûtons Piments mexicains grillés Poivrons italiens grillés Poivrons italiens marinés marinés aux anchois et olives Oignons de printemps grillés aux anchois et burrata Oignons de printemps rôtis aux anchois et burrata Olives marinées et pecorino frais Salade de courges d'été marinées Champignons glacés au balsamique Tomates roms rôties lentement à l'ail et au thym Brochettes d'artichauts braisés de Gino Angelini avec salami et burrata Scarole grillée avec salsa rustica Paquets de mozzarella au prosciutto Fett'unta Crostini à l'ail Salade de pâtes aux légumes verts amers, crème de Parmigiano et guanciale Oignons rôtis avec chapelure croustillante

Nouveaux livres de cuisine du Texas : des plats de chefs aux recettes avec Fritos

22 h 30 le 6 sept. 2011 HAC

Les températures se refroidissent peut-être un peu, mais les livres de cuisine du Texas sont chauds pour l'automne, du « sophistakitsch » d'Austin's Casserole Queens à un mémoire pimenté sur la regrettée Molly Ivins. De plus, le populaire Bill et Cheryl Jamison Cuisine maison du Texas (Harvard Commons Press), initialement publié en 1993, sera réédité en octobre.

Vous obtenez une version différente de Lone Star Chow avec chaque livre. Dans Le livre de recettes Casserole Queens, Crystal Cook et Sandy Pollock mettent à jour les merveilles du plat unique des années 50. celle de Louis Lambert Livre de cuisine Big Ranch, Big City, co-écrit avec l'écrivain de Fort Worth June Naylor, parle de la grande bouffe de ses restaurants d'Austin et de Fort Worth.

Ensuite, il y a la blogueuse new-yorkaise Lisa Fain. Elle publie des articles sur la nourriture texane manquante sur son blog populaire Homesick Texan et a rassemblé une chouette collection de plats préférés dans son premier livre de cuisine.

Dans Remuant avec Molly Ivins, qui doit sortir en octobre, la journaliste chevronnée Ellen Sweets raconte l'obsession de l'humoriste politique irrévérencieux pour la nourriture et la cuisine depuis un siège à côté de la cuisine.

Un autre mémoire avec des recettes, celui de Kaleta Doolin Tarte Fritos, rend hommage à son père, Charles Elmer Doolin, qui a lancé le premier en-cas moderne du pays. Certaines des premières recettes de Fritos vous feront craquer.

Il y a quelque chose pour tordre tous les appétits. Maintenant, plongez et profitez.

Kim Pierce est un écrivain indépendant de Dallas.

Le livre de cuisine texan nostalgique

Lorsque Lisa Fain, originaire du Texas, a déménagé à New York en 2005, la cuisine Lone Star lui a tellement manqué qu'elle a lancé l'irrésistible blog, homesicktexan.com. Avec Le livre de cuisine texan nostalgique, elle partage avec le monde la cuisine texane dont elle se languit. Il y a beaucoup de plats de base merveilleux, tels que la casserole King Ranch et les tomates vertes frites, mais elle mélange également les choses avec des projets créatifs tels que les côtes courtes braisées à la tomate Pasilla et les jalapeños farcis au chorizo. Fain n'a jamais rencontré un chili qu'elle n'aimait pas, ils imprègnent presque toutes les recettes. J'aime aussi la façon dont elle appelle « nourriture du matin » par opposition au petit-déjeuner, des migas au gâteau au café aux pacanes. N'importe quel Texan peut sympathiser avec le fardeau de son sort : imaginez une ville sans Ro-Tel ! Maintenant, c'est la difficulté.

Jalapeños farcis au chorizo

1/4 livre de chorizo ​​mexicain, cuit et égoutté de l'excès de gras

8 onces de fromage à la crème, température ambiante

2 onces de fromage de chèvre, température ambiante

1 cuillère à soupe de coriandre hachée

1 cuillère à café de zeste de citron vert (partie verte uniquement)

Préchauffer le gril et tapisser une plaque à pâtisserie de papier d'aluminium. Mettre de côté.

Couper chaque jalapeño en deux dans le sens de la longueur. (Vous voudrez peut-être porter des gants en caoutchouc lorsque vous travaillez avec des jalapeños.) À l'aide d'un couteau ou d'une cuillère, retirez les graines et la moelle blanche et jetez-les. Réserver les moitiés de jalapeño.

Mélanger les ingrédients restants. Ajuster les assaisonnements au goût.

Remplissez chaque moitié de jalapeño avec environ 2 cuillères à café de garniture au fromage. Placer les jalapeños farcis sur la plaque à pâtisserie préparée et placer sous le gril pendant 8 à 10 minutes, ou jusqu'à ce qu'ils soient dorés et bouillonnants.

PAR PORTION : Calories 419 (79 % de matières grasses), Gros 37 g (20 g sat), Cholestérol 101 mg, Sodium 728 mg, Fibre 2 grammes, Les glucides 6 grammes, Protéine 16 grammes

LA SOURCE: Le livre de cuisine texan nostalgique (Hypérion, 29,99 $)

Livre de cuisine Big Ranch, Big City

Louis Lambert avec June Naylor (Ten Speed ​​Press, 40 $)

"Grand" est le mot-clé dans Livre de cuisine Big Ranch, Big City par le restaurateur Louis Lambert. Avec des participations à Austin (Lambert's Downtown Barbecue) et Fort Worth (Lambert's Steaks, Seafood and Whiskey), il admet librement qu'il est un "genre de viande du milieu de l'assiette" (ce qui signifie: grosse viande). Issu d'une famille de ranch du Texas, il est également un ancien du Culinary Institute of America, donc ce livre de cuisine « célèbre cette union de l'héritage de l'élevage de bétail et des techniques culinaires sophistiquées ». Le résultat est une belle collection de recettes de restaurants, avec des excursions parallèles dans les techniques de cuisson et des idées telles que la théorie des salades de Lambert. La plupart des recettes sont destinées aux gros plats, comme les côtelettes de porc grillées de la vallée, le gruau de chili vert et les rillettes de canard sauvage Pecos. Lorsque Lambert a dit au chef pâtissier James Smith au Lambert's Downtown Barbecue qu'"un restaurant servant des plats audacieux a besoin d'un dessert au chocolat stellaire", Smith a concocté un gâteau au chocolat au babeurre de son enfance.

Gâteau au chocolat au babeurre

1 tasse de poudre de cacao naturel ou hollandais non sucré

1 1/2 cuillères à café de bicarbonate de soude

1 1/2 cuillères à café de levure chimique

1 1/2 tasse de beurre non salé, à température ambiante

1 cuillère à soupe d'extrait de vanille

Glaçage au fudge au chocolat (la recette suit)

Préchauffer le four à 350 F. Graisser 2 moules à gâteau ronds (9 pouces) et tapisser chacun de papier parchemin.

Dans un bol, tamiser ensemble la farine, la poudre de cacao, le bicarbonate de soude, la poudre à pâte et le sel et réserver.

Ajoutez le beurre et le sucre dans le bol de votre batteur sur socle et, avec l'accessoire à pales, crémez le mélange à grande vitesse jusqu'à ce que le beurre soit léger et mousseux, environ 3 minutes. Ajouter les œufs, 1 à la fois, en battant bien après chaque ajout.

Dans un petit bol, mélanger le babeurre et la vanille. Ajouter la moitié des ingrédients secs et la moitié du mélange de babeurre au mélange de beurre et mélanger brièvement à basse vitesse pendant 15 secondes. Racler le bol et ajouter le reste des ingrédients secs et humides. Mélanger à feu doux jusqu'à ce que la pâte se rassemble, environ 30 secondes. Vous devrez peut-être finir de mélanger la pâte avec une spatule en caoutchouc pour combiner tous les ingrédients, mais évitez de trop mélanger la pâte ou vous vous retrouverez avec un gâteau plat et dense.

Transférer la pâte dans les moules à gâteaux préparés et cuire jusqu'à ce qu'un cure-dent inséré au milieu du gâteau en ressorte propre, 35 à 40 minutes. Laisser refroidir les gâteaux dans les moules pendant environ 5 minutes avant de les démouler sur des grilles et de les laisser refroidir complètement.

Glacer les couches avec le glaçage au chocolat et servir.

Glaçage au fondant au chocolat : Mélanger 2 tasses de sucre et 1 boîte de 12 onces de lait évaporé dans une casserole et porter à ébullition. Continuer à bouillir pendant exactement 7 minutes. Retirer du feu et réserver. Placez 8 onces de chocolat non sucré dans un bol en acier inoxydable au-dessus d'une casserole d'eau frémissante ou dans le haut d'un bain-marie et faites fondre le chocolat en remuant fréquemment. Incorporer le chocolat au mélange lait-sucre chaud. Ajouter 11/2 cuillères à café d'extrait de vanille et 11/2 tasses de beurre non salé en cubes (température ambiante) au mélange de chocolat, en ajoutant quelques morceaux de beurre à la fois, en fouettant pour incorporer jusqu'à consistance lisse. Laisser reposer le glaçage, en refroidissant, pendant 5 minutes avant de glacer le gâteau. Givre 1 gâteau en couches (9 pouces).

PAR PORTION : Calories 1 243 (55 % de matières grasses), Gros 81 g (53 g sat), Cholestérol 260 mg, Sodium 491 mg, Fibre 6 grammes, Les glucides 128 grammes, Protéine 17 grammes

SOURCE : James Smith/Livre de cuisine Big Ranch, Big City

Le livre de recettes Casserole Queens

Crystal Cook et Sandy Pollock (Clarkson Potter, 17,99 $)

Il y a cinq ans, Crystal Cook et Sandy Pollock ont ​​lancé une entreprise de livraison de casseroles à Austin. En plus de mettre à jour les casseroles des années 50, ils portaient des tabliers et des talons lors des livraisons, envoyant l'idéal de June Cleaver. Après que Bobby Flay ait eu vent du duo, il les a amenés au Food Network's Abattre ! Avec Bobby Flay, et ces filles cuisinent au gaz depuis. C'est un livre de cuisine amusant, avec des casseroles campy telles que la casserole de nouilles au thon, le poulet Tetrazzini et, juste à temps pour la foire de l'État du Texas, la casserole de chien de maïs. Il a aussi son côté sérieux : Pollock a passé du temps à l'Institut culinaire français et au célèbre restaurant Jeffrey's d'Austin, vous obtenez donc également de l'Osso Buco, du Coq au Vin et du Boeuf Bourgogne. Si vous voulez singer Mme Cleaver, le livre comprend également des instructions de fabrication de tabliers de bricolage.

Casserole de chien de maïs

2 cuillères à soupe de beurre non salé

2 tasses de céleri finement haché

1 1/2 tasse d'oignons verts tranchés, partie verte seulement

2 boîtes (8 1/2 onces) de mélange pour muffins au maïs Jiffy

2 cuillères à café de sauge fraîche hachée

1/4 cuillère à café de poivre noir fraîchement moulu

8 onces de fromage cheddar fort, râpé (2 tasses, utilisation divisée)

Préchauffer le four à 400 F. Enduire légèrement une casserole de 9 x 13 pouces d'un enduit à cuisson. Mettre de côté.

Faire fondre le beurre dans une grande sauteuse à feu moyen. Ajouter le céleri et cuire 5 minutes. Ajouter les oignons verts et cuire encore 2 minutes. Transférer le céleri et les oignons verts dans un grand bol et réserver.

Couper les hot-dogs en deux dans le sens de la longueur, puis les couper en morceaux de ½ pouce. Faire sauter les hot-dogs dans la même poêle, à feu moyen-élevé, en les faisant dorer de tous les côtés, environ 7 minutes.

Transférer dans le bol avec le céleri et les oignons verts mis de côté.

Battre légèrement le lait et les œufs ensemble. Ajouter le mélange à muffins au maïs, la sauge, le sel et le poivre. Ajouter 11/2 tasses de fromage et mélanger.

Mettez le mélange de hot-dog dans le fond de la cocotte préparée. Verser le mélange de muffins au maïs et saupoudrer la ½ tasse de fromage restante sur le dessus. Cuire au four pendant 30 minutes ou jusqu'à ce que le dessus soit doré, pris et légèrement levé.

PAR PORTION : Calories 723 (56 % de matières grasses), Gros 44 g (13 g sat), Cholestérol 105 mg, Sodium 1 815 mg, Fibre 6 grammes, Les glucides 56 grammes, Protéine 23 grammes

LA SOURCE: Le livre de recettes Casserole Queens (Clarkson Potter, 17,99 $)

Tarte Fritos : Histoires, Recettes et Plus

Kaleta Doolin (Texas A&M Press, 22 $)

Dans Tarte Fritos : Histoires, Recettes et Plus, Kaleta Doolin s'installe une fois pour toutes qui a inventé la chips de maïs Fritos, fondement de l'empire du snack-food de sa famille.

Son père, Charles Elmer Doolin, a acheté très tôt la recette à l'inventeur Gustavo Olguin, qui était également l'employeur de Doolin. Kaleta partage ceci et d'autres idées dans cette Saint-Valentin à son père, décédé quand elle avait 9 ans. Faire des recherches et écrire le livre était un moyen pour elle et nous de mieux le connaître.

La bonne nouvelle est qu'elle a eu accès au matériel historique de Frito-Lay, ce qui signifie que le livre est riche en nostalgie d'entreprise, de la poussée publicitaire "cuisiner avec Fritos" - que diriez-vous de bouchées frites en croûte de Fritos de sauce aux canneberges en gelée? — à la présence précoce de Fritos à Disneyland avec Casa de Fritos.

Bien sûr, il y a des recettes, de l'original Fritos Chili Pie aux favoris de la famille, et même des contributions de Dean Fearing et Stephan Pyles. Ce n'est pas un tourne-page, mais il y a des pépites qui valent la peine d'être extraites.

Quiche au maïs, poivrons rouges rôtis et cheddar

1 croûte de Fritos (la recette suit)

1 épi de grains de maïs, grattés

1 poireau, partie blanche seulement, haché

1 poivron rouge rôti, haché (voir note)

1/4 cuillère à café de poivre noir moulu

1/2 tasse de fromage cheddar râpé

Faire la croûte et réfrigérer le disque au moins une heure.

Faire revenir les grains de maïs et le poireau haché dans le beurre jusqu'à tendreté. Mettre de côté.

Dans un bol, fouetter ensemble les œufs et la moitié-moitié. Ajouter le maïs et les poireaux sautés, le poivron rouge, le sel et le poivre. Mettre de côté.

Préchauffer le four à 350 F. Presser la pâte Fritos Crust réfrigérée dans un moule à tarte ou un moule à tarte pour former une croûte uniforme de ¼ de pouce. Cuire au four, recouvert de papier d'aluminium et de poids à tarte, pendant 15 minutes, ou jusqu'à ce qu'ils soient fermes et légèrement dorés.

Retirer du four et retirer les poids et le papier d'aluminium. Saupoudrer de la moitié du cheddar. Versez la garniture. Saupoudrer du reste de cheddar. Cuire au four jusqu'à ce que la crème prenne, environ 30 minutes.

Croûte de frites : Broyer les croustilles de maïs Fritos dans un repas pour en faire ¾ tasse. Farine de légumineuses, ¾ tasse de farine, ½ cuillère à café de levure chimique et ½ cuillère à café de sel dans un robot culinaire jusqu'à ce qu'ils aient une consistance fine. Ajoutez 5 cuillères à soupe de beurre coupé en petits morceaux jusqu'à ce que le mélange ressemble à de la semoule de maïs grossière. Ajouter 1 œuf et pulser 10 fois de plus, jusqu'à ce que la pâte forme une boule. Presser dans un disque plat, envelopper dans du plastique et réfrigérer au moins 1 heure.

Noter: Pour rôtir un poivron rouge, maintenez-le au-dessus d'une flamme ou sous le gril assez longtemps pour le carboniser partout. Transférer dans un sac en papier brun scellé et laisser reposer 10 minutes, ou jusqu'à ce qu'il soit suffisamment froid pour être manipulé. Peler et épépiner.

PAR PORTION: Calories 319 (61 % de matières grasses), Gros 21 g (11 g sat), Cholestérol 151 mg, Sodium 490 mg, Fibre 2 grammes, Les glucides 22 grammes, Protéine 9 grammes

LA SOURCE: Tarte Fritos (Texas A&M University Press, 22 $)

Remuer avec Molly Ivins : un mémoire avec des recettes

Ellen Sweets (Presse de l'Université du Texas, 29,95 $)

Remuant avec Molly Ivins c'est exactement ce que dit le sous-titre : un mémoire avec des recettes.

Il est ponctué de certains des favoris d'Ivins, qui vont de Texas Mud Pie aux Ouefs Brouille français. Lire le livre, c'est comme écouter un échange d'histoires avec les meilleurs amis d'Ivins.

« Molly a utilisé la nourriture pour rassembler les gens », écrit Sweets, un ancien rédacteur de longs métrages pour Les nouvelles du matin de Dallas, "et quelle meilleure façon de commémorer cette évaluation que de partager un livre de cuisine pour toutes les saisons."

L'agiter est un récit drôle, poignant et rauque de la chroniqueuse au franc-parler vu par des amis qui se sont souvent retrouvés à sa table. Sweets était l'acolyte et le sous-chef d'Ivins.

De l'incident « rincer le sang des oignons » à la cuillère pas si grasse que le couple espérait ouvrir un jour à Marathon, vous avez un aperçu d'un grand Texan (6 pieds) qui a été réduit au silence trop tôt par le cancer à 62 ans.

Chunky Texas Chili de Molly Ivins

1 cuillère à soupe de jus de bacon

1 gros poivron vert, haché

3 livres de mandrin grossièrement moulu

1 boîte de 8 onces de sauce tomate

4 cuillères à soupe de poudre de chili

1 cuillère à soupe de cumin moulu

1 cuillère à soupe d'origan séché

Chauffer le jus de bacon dans une marmite à fond épais et faire revenir les oignons, les poivrons, le céleri et l'ail jusqu'à ce que les légumes ramollissent. Ajouter le mandrin et remuer jusqu'à ce qu'il brunisse. Ajouter la bière, la sauce tomate, la poudre de chili, le cumin, l'origan, le laurier, la moutarde et le bouillon de bœuf et porter à ébullition. Baisser le feu et laisser mijoter à couvert environ 2 heures. Vérifiez périodiquement pour voir si plus de liquide est nécessaire. Si c'est le cas, ajoutez de l'eau. Ajouter du sel et du poivre et rectifier l'assaisonnement. Juste avant de servir, retirez la feuille de laurier.

PAR PORTION : Calories 440 (31% de matière grasse), Gros 15 g (6 g sat), Cholestérol 146 mg, Sodium 765 mg, Fibre 4 grammes, Les glucides 17 grammes, Protéine 57 grammes

LA SOURCE: Remuant avec Molly Ivins (University of Texas Press, 29,95 $)


Sabrina Snyder

Sabrina est une chef privée formée professionnellement depuis plus de 10 ans avec la certification ServSafe Manager en sécurité alimentaire. Elle crée toutes les recettes ici sur Dîner, puis Dessert, alimentée en grande partie par son amour pour le bacon.

Partagez cette recette

Vous aimez cette recette ? Partagez-le avec vos amis et votre famille !

Dinner, then Dessert, Inc. détient les droits d'auteur sur toutes les images et tous les textes et n'autorise pas la reproduction de ses recettes et images originales ailleurs que sur ce site, sauf autorisation. Si vous avez apprécié la recette et que vous souhaitez la publier sur votre propre site, veuillez la réécrire dans vos propres mots et créer un lien vers mon site et ma page de recette. Lisez ma politique de divulgation et de copyright. Cet article peut contenir des liens affiliés.

Catégories :

Tu peux aimer

Sloppy Joes ultimes

Casserole Tater Tot

Sloppy Joes au bacon et à la cassonade

Sloppy Joes au steak au fromage Philly

Laisser un commentaire et une note Annuler la réponse

Commentaires

J'ai fait cette recette plusieurs fois maintenant et je l'ai apprécié à chaque fois.

La première fois que je l'ai fait, j'ai mal lu la recette, en utilisant seulement 1 boîte de 15 oz de haricots pinto de style ranch avec jalapeño et 1 boîte de 10 oz de sauce enchilada rouge moyenne et j'ai fait cuire le tout dans une casserole de 10 "x 10". Après avoir réalisé mon erreur lorsque je suis allé le préparer pour la deuxième fois, je pense que deux boîtes de haricots et deux boîtes de sauce enchilada seraient tout simplement trop pour la livre de bœuf demandée par la recette et l'auraient rendu trop lâche.

Donc, la deuxième fois que je l'ai fait, j'ai opté pour une seule boîte de sauce enchilada et 1 boîte de haricots à nouveau et j'ai utilisé des chips Frito Chili Cheese… c'était encore mieux que la première fois.

Mon "erreur" a en fait fait pour un plat plus stable. Je pense que pour équilibrer le plat, si 20 onces de haricots et 20 onces de sauce enchilada étaient utilisés, vous auriez besoin d'au moins une livre et demie à deux livres de bœuf.

Je vais certainement le refaire, avec mes modifications, qui sert facilement 6 comme entrée principale avec une salade d'accompagnement.

Merci pour les commentaires. Je suis ravie que ce plat vous plaise autant !

J'adore j'adore cette recette ! L'ajout de la sauce enchilada est brillant et ajoute une saveur incroyable. Je fais ça pour la compagnie tout le temps et ils adorent ça. Je ne pense pas qu'il y ait jamais eu de restes, peu importe combien je gagne :). Merci.

Yay!! Heureux d'entendre que c'est un succès !

Quel côté quelqu'un suggérerait-il?

Je suggère probablement du riz mexicain et je crée une barre de garniture amusante que tout le monde peut charger sur sa tarte Frito. Prendre plaisir!

Serait-ce bon dans une tortilla.

Vous les gars rendez cela plus difficile que cela ne devrait l'être, et plus grossier avec les haricots de style ranch.

Mettez des haricots pinto ol’ ordinaires à cuire.

Faites cuire du bœuf haché et faites du chili rouge avec.
Hacher de la laitue, des tomates, des oignons et du fromage.
Mettez les Fritos au fond du bol, mettez les haricots pinto que vous mettez à cuire (certains aiment égoutter le jus des haricots et d'autres l'aiment avec le jus), et garnissez avec le reste.

Ensuite, vous avez une authentique tarte Frito de style nouveau-mexicain, pas quoi que ce soit.

C'est certainement une façon de le faire ressembler davantage à une nouvelle version mexicaine. J'adore les recettes comme celle-ci parce que vous pouvez les faire comme si vous aviez l'habitude de grandir ou vous pouvez les modifier à votre guise. Merci d'avoir partagé votre version !

J'ai déposé une boîte de haricots frits au fond de la casserole. J'ai utilisé un hamburger de venaison et ajouté un 4 oz. boîte de piments verts et un paquet d'assaisonnement pour tacos avec 1/4 tasse d'eau pour l'oignon et la viande. J'ai égoutté 2 boîtes de haricots Ranch et n'ai utilisé qu'environ 3/4 des 20 sauces enchiladas. Ensuite, j'ai coupé 16 oz. de Velveeta avec 1/2 tasse de fromage doux mexicain râpé. Il est sorti épais, au fromage, bien assaisonné et très savoureux.

Cette recette est notre plat préféré, mon mari l'adore. J'ai ajouté quelques variantes. J'utilise 1 1/2 livre de hamburger et 3 boîtes de haricots ranch (15 oz). J'utilise également une sauce enchilada chaude et j'ajoute des olives noires. Ensuite, nous en avons assez pour les restes.

Miam, merci pour les suggestions. Ça a l'air génial!

Délicieux juste un peu coulant

Salut! Cela a l'air incroyable ! Pouvez-vous me dire ce que sont les haricots de ranch ? Je n'en ai jamais entendu parler. THX!

Ils sont essentiellement un type de fèves au lard juste agrémentées d'arômes. Vous pouvez les trouver dans votre épicerie dans l'allée des haricots. J'espère que ça vous plait!

Facile et savoureux ! A refaire c'est sûr

Je l'ai fait hier soir et j'ai ajouté que
Il
Je l'ai fait hier soir et j'ai ajouté les Fritos aujourd'hui. J'ai utilisé des chips de maïs aux jalapenos. C'était fabuleux. Nous aimons ça de toute façon mais j'ai toujours utilisé des restes de chili. Cela avait une touche mexicaine et nous l'avons beaucoup aimé. Merci beaucoup d'avoir partagé.

les recettes ont l'air géniales j'ai hâte de les essayer

J'ai fait le plat selon les instructions et c'était OK. Ma femme m'a dit d'avoir une tarte frito et j'ai cherché et vu votre recette. C'est assez basique mais l'ajout de sauce enchilada n'est pas le meilleur. La sauce est fade et elle domine tout le reste. Une vraie tarte frito a été adaptée à partir des restes de chili. Je ne referais probablement pas ça.

Désolé, il n'a pas été à la hauteur de vos attentes.

S'il vous plaît faites-en le vôtre, il s'agit essentiellement d'un taco utilisant des fritos au lieu de coquilles de tacos au maïs. Je suis d'accord avec vous que la sauce enchilada est trop, nous utilisons notre salsa préférée !! Nous modifions les ingrédients pour satisfaire notre goût. Il s'agit d'un article de retour qui, quand j'étais enfant, n'était disponible qu'au Sonic Drive In & #8230…….nostalgia. Bon appétit.

O-M-G était-ce une recette délicieuse ! Merci beaucoup d'avoir partagé! J'ai fait quelques modifications. J'ai remplacé le bœuf haché par de la dinde hachée. J'ai également ajouté de la poudre de chili, de la poudre d'oignon, de la poudre d'ail, du poivre et quelques pincées de sel assaisonné Lawry à ma dinde hachée et à mes oignons. Je n'ai pas pu trouver de haricots de style ranch dans mes épiceries locales, alors j'ai fini par utiliser les haricots Pinto de style sud-ouest de Bush.
Enfin, au lieu d'utiliser des fritos, car ils peuvent parfois être trop salés, j'avais des chips de tortilla de maïs de style restaurant sous la main. J'ai mis plusieurs poignées dans un sac ziploc et j'ai écrasé un peu le sac (pas au point que les chips se soient transformées en miettes). Le produit fini était INCROYABLE. J'ai inclus une cuillerée de crème sure sur chacune de mes portions. Lorsque mon fils s'est arrêté pour manger un morceau comme il le fait habituellement chaque soir, il a d'abord été déçu quand il a vu ce que j'avais préparé pour le dîner jusqu'à ce qu'il le goûte. J'ai arrêté de compter combien de bols il a mangé après son 4ème :-) ! Merci ENCORE de partager une recette aussi simple mais délicieuse! C'est très certainement un GARDE !

Comme c'est génial !! Merci beaucoup d'être revenu me tenir au courant !

Salut Sabrina-Avez-vous déjà fait cela avec des haricots frits au lieu de haricots de style ranch.

Je ne l'ai pas fait, mais si vous décidez d'essayer, j'aimerais savoir comment cela se passe. Merci!

OMG. Cela a l'air délicieux ! J'adore les fritos et j'ai BESOIN d'en faire pour le dîner la semaine prochaine ! ??


Créatrice de goût du siècle—Helen Corbitt

Elle nous a délivrés du cocktail de fruits en conserve et nous a donné l'assurance que les plaisirs civilisateurs de la table étaient à notre portée.

Dans les années av. (avant Corbitt), les Texans n'avaient pas d'artichauts, pas de framboises fraîches, pas d'herbes à l'exception du persil décoratif, seulement du bœuf (poulet frit, grillé ou bien cuit), des pommes de terre (frites ou en purée et garnies d'un glop de sauce à la crème), et des quartiers d'iceberg avec une vinaigrette à l'orange douce. Salade de fruits signifiait poires ou ananas en conserve avec une cuillerée de mayonnaise et un râpé de fromage cheddar. Les asperges en conserve étaient un mets raffiné, tout comme les pois en conserve LeSueur. L'introduction du dîner télé dans les années cinquante serait un pas en avant pour certains foyers.

Dans ce paysage culinaire sombre est venu un jeune Yankee catholique irlandais nommé Helen Corbitt. Au cours d'une carrière qui a duré près de quarante ans au Texas, elle nous a livré des cocktails de fruits en conserve, des assiettes de plats bruns frits et trop de bourbon et s'est transformée en un monde de soufflés aériens, de poissons pochés, de girolles, de salsifis frais, de Major Grey's Chutney , des légumes cuits à la vapeur croustillants et du bon vin. C'était une pionnière créative qui est venue ici à contrecœur et a appris à nous aimer. Elle nous a appris, elle nous a nourris, elle nous a divertis, et le meilleur de tout, avant de nous quitter en 1978, elle a écrit le mode d'emploi de l'hospitalité Corbitt dans cinq livres de cuisine, nous donnant l'assurance que les plaisirs civilisateurs de la table étaient à l'intérieur. notre portée. Les chefs superstars Dean Fearing, Stephan Pyles et Robert Del Grande peuvent rendre hommage à Julia Child et Simone Beck, mais bien avant d'apprendre à clarifier le beurre, il y avait Corbitt.

Helen Corbitt est née le 25 janvier 1906 dans le nord de l'État de New York dans une maison où la bonne nourriture était très appréciée et généreusement partagée. Après avoir obtenu un diplôme en économie domestique au Skidmore College de Saratoga Springs, New York, ses plans pour une faculté de médecine ont déraillé par la Dépression. Elle a accepté un poste de diététicienne thérapeutique à l'hôpital presbytérien de Newark, dans le New Jersey, puis est allée au Cornell Medical Center de New York, où elle a persuadé les médecins que les personnes malades réagiraient plus favorablement à la nourriture si elle était correctement assaisonnée et servie de manière attrayante.

En 1940, Corbitt s'est vu offrir un poste d'enseignant en restauration et en gestion de restaurant à l'Université du Texas. « J'ai dit : « Qui diable veut aller au Texas ? » », a-t-elle dit plus tard Dallas Times Herald journaliste Julia Sweeney. « Seulement, je ne disais pas ‘l’enfer’ à cette époque. J'ai appris à jurer au Texas. Deux semaines après son arrivée à Austin, on lui a demandé de préparer un dîner pour une convention d'hôtel en utilisant uniquement des produits du Texas : « Ce que je pensais des produits du Texas n'était pas apte à être imprimé ! Comme une alchimiste, elle a transformé des pois aux yeux noirs prosaïques pour le dîner, en ajoutant de l'ail, de l'oignon, du vinaigre et de l'huile et en les baptisant "Texas Caviar". Neiman Marcus vendra plus tard des milliers de canettes de ce produit. The University Tea Room, un laboratoire qu'elle a créé pour ses cours à l'U.T.

Home Economics Building, est devenu un lieu de restauration si populaire pour les professeurs et les étudiants qu'il a rapidement mérité son propre espace près de la vingt-quatrième et de San Jacinto. Corbitt a quitté Austin pour un poste plus lucratif au Houston Country Club en 1942. Elle n'était toujours pas vendue au Texas et prévoyait de rester juste assez longtemps pour se lever et acheter un billet pour New York. Elle a affirmé qu'elle n'avait pas défait sa valise pendant les six premiers mois. Mais après un an à Houston, elle avait décidé de rester. «Je passais un si bon moment à produire de la bonne nourriture pour les Texans reconnaissants», a-t-elle déclaré à son agent littéraire, Elizabeth Ann Johnson. Elle a miraculeusement préparé des dîners raffinés malgré le rationnement de la Seconde Guerre mondiale. Incapable d'obtenir de l'huile Wesson, elle aurait acheté de l'huile minérale raffinée n ° 1 à la Humble Oil Company et l'aurait utilisée à des fins de cuisine. "Les gens du Houston Country Club étaient en très bonne santé pendant que j'étais là-bas", a-t-elle déclaré à Sweeney.

Le grand magasin de Joske à Houston l'a embauchée loin du country club pour gérer son restaurant et sa restauration, mais le travail ne lui convenait pas. "Être licenciée de Joske's [pour ne pas avoir rapporté assez d'argent et ne pas être d'accord avec les dirigeants] a été la meilleure chose qui me soit jamais arrivée", a-t-elle déclaré. Elle est retournée à Austin au début des années cinquante pour régner sur la salle à manger et la restauration de l'hôtel Driskill, présentant aux politiciens et autres dignitaires des plats préparés de manière créative et correctement servis. Clarence "Captain" White, qu'elle a formée pour superviser la salle à manger Driskill, se souvient: "Quand nous servions des asperges fraîches [un légume vraiment exotique à cette époque], elle nous faisait toujours les couper en biais, donc ça ressemblerait à du vert des haricots. Les hommes disaient parfois : « De quel genre de haricots verts s'agit-il ? Je les aime bien ! » Se souvient Lady Bird Johnson : « Quand Lyndon et Jesse Kellam dînaient au Driskill, ils savaient toujours que la soirée se passerait bien si Helen Corbitt était aux commandes. » Selon Bess Abell, la secrétaire sociale de la Maison Blanche dans les années Johnson, les recettes d'Helen Corbitt étaient fréquemment utilisées à la Maison Blanche. Son dessert de pot de fleurs signature était un élément naturel pour les déjeuners d'embellissement de Mme Johnson. Des années avant que quiconque n'ait entendu parler de Martha Stewart, Corbitt a superposé de minuscules pots de fleurs en argile avec du gâteau et de la crème glacée, a collé une paille taillée au milieu et a recouvert le pot de meringue. Après que la meringue ait été dorée au four, elle a inséré une fleur fraîche dans chaque paille. Ces desserts apparaissent fréquemment aux déjeuners des demoiselles d'honneur du Texas, même aujourd'hui.

En 1955, après avoir été courtisé pendant plusieurs années, Corbitt a finalement accepté de reprendre le service alimentaire de Neiman Marcus. Il est difficile de dire qui a le plus profité de la relation. Le magasin phare de Neiman à Dallas était à son apogée. Les Texans avaient de l'argent et le dépensaient. Women still wore hats and gloves downtown, and the Zodiac Room, where men and women sipped Corbitt’s tiny cups of chicken consommé while sleek models sporting the latest fashions circled their tables, was an oasis of sophistication and glamour. Corbitt had the flair, the taste, and the energy to produce food that was as visually enchanting as the store’s windows on Main and Commerce. She was a cosmopolitan woman with a thorough knowledge of the best restaurants and food suppliers in the country. She was the first woman to win the Golden Plate Award, the highest honor in the food industry. She also garnered top honors from the gourmet society Confrérie de la Chaîne des Rotisseurs and served on the board of governors of the Culinary Institute of America. But most important, she understood Texans and delighted in getting them to eat foods that they professed to abhor, like lamb, anchovies, and yogurt. The assurance of good taste that Neiman Marcus’ customers sought in the store’s chic ready-to-wear could now be extended to their dining tables as well. “When Miss Corbitt put white grapes, heavy cream, and slivered toasted almonds in her chicken salad, it gave the rest of us confidence to experiment a bit,” says one of her ardent followers.

Latest From Books

As the LBJ Library Turns 50, the Man Who Planned Its Dedication Recalls a Few Surprises

The Next Battle of the Alamo!

‘Dumplin’’ Author Julie Murphy on Fat Positivity and Writing Queer Characters

Annette Gordon-Reed Explores the Tangled Meaning of Juneteenth

‘The Hunting Wives’ Is an East Texas Thriller That Takes Women’s Relationships Seriously

The Texas Rangers Tried (and Failed) to Capture Pancho Villa. The Conflict Still Shapes the Texas-Mexico Border Today.

The experiments didn’t always work. Mary Bloom, who worked at Neiman’s as a young woman, remembers asking Miss Corbitt to take a look at a dinner party menu she was planning for friends. “I’m trying to be creative the way you are,” Mary said. “See, I’m going to peel the cantaloupe and stuff it with Roquefort cheese.” Miss Corbitt paused and then, unleashing her famous Irish wit, said, “Mary, am I the first to tell you that you’re pregnant?” She was.

The fabulous Neiman Marcus Foreign Fortnights, which the flagship store has recently resurrected, were launched in 1957. These were extravaganzas that took years to plan. Fortnights from France, Italy, Scandinavia, Great Britain, and Ireland brought to town not only the merchandise of those countries but their culture as well, in the form of concerts, art exhibits, film screenings, theater performances, and of course, food and wine. Corbitt was sent abroad to study the cuisine firsthand, and her adventures in foreign kitchens made great copy for her newspaper column, “Kitchen Klatter,” which appeared in the Houston Post et le Arkansas Gazette. Sometimes European chefs were imported to her Zodiac kitchen. In her 1974 cookbook, Helen Corbitt Cooks for Company, she remembers a French chef and his assistants: “They asked for and received everything they wanted except the skin from a sheep’s belly (I didn’t know any sheep) and women (I…didn’t know the right kind).” After they plied her kitchen staff with wine and brandy one day, she reclaimed her throne and declared that for future fortnights, she would research the recipes herself and do what she always did best, adapt the food to Texans’ taste. She knew that we really wouldn’t miss having our spinach puréed through a sheep’s belly.

Stanley Marcus, in a foreword to a posthumous collection of Corbitt’s recipes, wrote of her fourteen-year tenure at the helm of the Zodiac Room: “She was difficult, for she knew the difference between better and best, and she was never willing to settle for second best.” He dubbed her his Wild Irish Genius and the Balenciaga of Food and kept her happy all those years by offering her daily compliments. “Too many chefs today regard themselves first as artists,” Marcus says. “Corbitt created a beautiful plate, but she gave greater attention to how the food would taste.” As a matter of fact, her meatloaf baked in an angel-food-cake tin really does taste better.

Corbitt had what these days we might call healthy self-esteem. She told Julia Sweeney about the time a produce clerk caught her picking out the freshest mushrooms in the back room at the Simon David specialty food store and said, “I’m sorry, but the manager doesn’t allow people back here.” She blithely responded, “Go tell the manager Helen Corbitt is here. I have pickin’ privileges.” Even Stanley Marcus recalls with amazement how quickly Helen could reduce a directive from the boss to a suggestion. Dans Cooks for Company she admitted that she sometimes forgot that she didn’t own the Zodiac Room. Once, when the two sittings for a Fortnight dinner filled quickly, she decreed a third sitting, forgetting that it would entail keeping the entire store—with its lights, air conditioning, elevator operators, and security guards—open additional hours. She really caught it the next day, she wrote, but from then on there were three sittings. Corbitt’s perfectionism exacted a price: Even though it was packed with people daily, the Zodiac Room never showed a profit. In his memoir Minding the Store Marcus wrote that, when he complained of heavy losses, she replied, “You didn’t mention money when you employed me. You simply said that you wanted the best food in the country. I’ve given you that.”

Soups in the Zodiac Room were always made from scratch, with one exception: the cream of tomato. In a 1972 interview with journalist Francis Raffetto, Corbitt admitted, “I used Campbell’s, with coffee cream and butter to make it like velvet.” New York playwright Moss Hart, having lunch one day in the late fifties with Marcus’ brother Edward, ordered a second bowl and then asked for the recipe. To Marcus’ chagrin, Corbitt refused. She later explained, “We couldn’t tell Moss Hart he ate Campbell’s soup at Neiman Marcus.”

Helen Corbitt cooked for the smartly dressed country club set and for movie stars and socialites slimming at the Greenhouse Spa in Arlington, which she helped to create. She entertained royalty and the dignitaries of many foreign countries, but she also cooked for the secretaries and shopgirls and housewives who sometimes treated themselves to a pastry or a sandwich at the standup counter on the main floor. “Each bite of those little sandwiches was like a gift,” one woman recalls. “They were generously spread, and there was always something surprising in a Helen Corbitt sandwich—a little pineapple in the tuna, a bit of chutney with the turkey—that made your tastebuds come to attention.”

Even before she retired from Neiman Marcus in 1969, the indefatigable Corbitt was expanding her legacy, lecturing all over the country and writing cookbooks—her first, Helen Corbitt’s Cookbook (1957), had more than 27 printings and sold more than 300,000 copies. Her cookbooks, now out of print, are a staple of every Texas cook’s library. Worn-out copies, dog-eared and grease-splattered, are often rebound. Women who have cooked from her books all their lives light up with gratitude when her name is mentioned. “She taught me that I could entertain in a small apartment or in my kitchen without hired help,” says a friend who used to have a catering business (“Just throw a clean white cup towel over the dirty dishes in the sink!” Corbitt suggested in one of her lectures).

Corbitt-trained cooks have their favorite recipes: the poppy-seed dressing for fruit salad the pancake stack, ten to twelve very thin fourteen-inch pancakes, spread either with lemon-cream butter and hot blueberry sauce or with butter, maple syrup, and a little ham gravy, stacked, and sliced for serving like a pie or perhaps the queen of desserts, caramel soufflé with English custard sauce. Of the latter, wrote Corbitt in Cooks for Company, “You may halve the recipe, but why? Regardless of how few guests you have, it will all be eaten.”

The generous party spirit, awash in butter, cream cheese, eggs, and mayonnaise, that pervades her first two cookbooks (the second, Helen Corbitt’s Potluck, was published in 1962) inevitably gave way to the low-cholesterol, low-cal recipe collections, Helen Corbitt Cooks for Looks (1967) and Helen Corbitt’s Greenhouse Cookbook (1979). Corbitt, like the rest of us, was fighting her own weight and cholesterol, and she refused to be limited to grapefruit and cottage cheese. Gone are the jaunty comments “Men will really love this” or “When you’re feeling extravagant…,” but a number of good cooks swear by her simple roast chicken stuffed with grapes.

With missionary zeal, Corbitt shared her expertise. She taught cooking classes to benefit the Dallas Symphony, raising more than $150,000. She also taught a more intimate class of close friends and their daughters in the store, charging only for the food used in the demonstrations. The notes from those sessions are now being passed like heirlooms to a third generation. And she taught a rather exclusive cooking class for fourteen men—some doctors and businessmen, an oil man, a lawyer, a stockbroker, and a liquor-chain vice president—on Wednesday nights in her duplex on University. Corbitt, who never married, clearly enjoyed her male following, and her cookbooks are most often dedicated to them. She liked that men asked questions and wanted to know the “why” of certain procedures. “She also liked that she could give us hell without worrying that she’d hurt our feelings,” recalls one of her male pupils, who still cooks her osso buco. She believed men were more adventurous in their food tastes and were held back by wives who just didn’t want to learn to cook new things. Had she lived to see it, she would be especially saddened by women today who take the same pride in not cooking that women of a previous generation took in their inability to type or take shorthand. She was a hardworking professional who understood that to make a savory beef stew, a busy working woman might have to brown the meat one day and simmer it the next, but she believed there was pleasure to be found in cooking for people you loved. “The dining room is one of the last outposts of civilization,” she wrote in Cooks for Société. “Let’s keep it that way.”

Helen Corbitt died of cancer in 1978. In the last year of her life, her good friend Father Don Fischer (now monsignor), then a young chaplain at the University of Dallas, took her the Eucharist daily. “It was a great gift to be able to bring spiritual food to such a lover of food,” he says. “Even in her weakening condition, she always felt she should offer me something when I came to see her. I tried to beg off but finally said, ‘Okay, but make it just something very simple.’ She made me the best peanut-butter-and-jelly sandwich I’ve ever had. I know the bread was probably homemade. She spread it with butter, then a generous amount of peanut butter and marvelous preserves. I went away thinking that if that was what peanut butter and jelly was supposed to taste like, I had been a very deprived child.”


Frito Pie Recipe

Here is a uniquely Southern dish that instantly reminds us of county fair food and weekend football. There&rsquos a reason why this portable meal is a favorite among tailgaters and Texans. The famed pie is made with cheap, humble ingredients, making it the stuff of which simple and easy dinners are made. Our homemade version of the &ldquoWalking Taco&rdquo is filled with beefy goodness, like chili, crunchy corn chips, shredded cheese, and diced white onion. The chili is made with ground chuck, ale beer, and tomato paste, but feel free to substitute a leaner cut of meat such as venison. Use a large Dutch oven or stockpot to bring the chili to a simmer. We opted for a mess-free approach to mixing, instead of using the original chip bag to combine ingredients. Any small bowl will do here because the end result is just as tasty. After preparing the chili, divide the recommended serving of corn chips into 8 bowls. To keep the chips from getting soggy, ladle the chili over the chips just before serving and sprinkle each bowl with Cheddar cheese. Spicy, salty and cheesy, this is an easy take on a classic, old-school favorite. You can dress up this pie with whatever toppings you prefer, but we chose to top this crowd-pleaser with sour cream and sliced fresh jalapeño peppers. Fresh tomatoes, scallions, and crispy lettuce work just fine for this delicious guilty pleasure.


Frito Pie

This is one of the easiest dinners EVER!It only has 3 ingredients, takes about 20-25 minutes from start to finish and it tastes delicious!I made this for dinner recently, and decided to repost it for those that haven’t gotten a chance to see it yet and also to update my old picture.I want to make this as simple as possible.This is just a dump and bake kind of recipe.First, pour in the Fritos on the bottom of a 9吉.Then pour on the chili.Then sprinkle some shredded cheese on top.Bake at 350 for 15-20 minutes until cheese is melted and Frito Pie is warmed all the way through.Serve up! It tastes great with a spoonful of sour cream, too!How easy is that?!FRITO PIE1 large bag frito chips (I don’t always use all of them)3 cans classic Stagg Chili (you can really used any canned chili or even homemade if you like. Stagg is just a personal favorite of mine)1 cup shredded cheese (Give or take, it just depends how cheesy you like it)Pour Fritos to cover the bottom of a 9吉.Pour chili over Fritos. Sprinkle shredded cheese on top.Bake at 350 for 10-15 minutes until cheese is melted and Chili is heated all the way through.Enjoy!

Partager cette publication

Si vous faites cette recette, prenez une photo et ajoutez-la en hashtag #chefintraining and/or #chefintrainingblog. I would love to see how these recipes take shape in your kitchens.


14 New Books That Are Guaranteed To Make You Hungry

If we could, we would spend the majority of our time here on earth skimming through our favorite bookshops and running through libraries. But even if we could, there sadly wouldn’t be enough time to read every book in existence—that’s why we rely on recommendations from friends, family, and our favorite authors. Every week, we’ll be sharing some of our favorite reads because literature is, well, lit.

At NYLON, we take food as seriously as our books, with the need to find the perfect way to express ourselves in a literary sense sometimes placed on the same level of importance as finding a dish fitting to the exact moment in time that we're experiencing. You can imagine, then, what happens to us when the two come together, resulting in narratives of delicious proportions that fuel our reading experiences and light up and arouse all five of our senses with smells of fragrant spices, sounds of sizzling meats, heat of a fire, and a visual burst of colors and textures that accompany each finger-licking dish.

For the many appetites out there, this season saw a slew of food connoisseurs putting their craft on paper and inviting readers to dine at their tables. Whether it's a debut cookbook from a famed chef, a follow-up to one of the country's most beloved food memoirs, or a look into the history of gastronomy in America, these titles have managed to feed our imagination and tantalize our palettes.

Ahead, the 14 books every food lover should read this fall. If you haven't had breakfast yet, we advise you do before proceeding.

Joe Isidori has finally solved the lines-around-the-block problem surrounding his cultishly-adored burger and milkshakes joint, Black Tap, with the release of his debut cookbook. Featuring 40 restaurant-approved recipes for mouthwatering burgers and the gravity-defying milkshakes that have placed Isidori in the upper echelons of his craft, the book allows readers to get the same dining experience at home as they would at either of the two Black Tap locations. Now if only we could uncover the magic that goes into the Bagel Burger, all our goth dreams would come true. Your move, Black Tap.

Recipe to try: Kobe truffle burger and Brooklyn blackout shake

Appetites: A Cookbook by Anthony Bourdain with Laurie Woolever

After first giving us an inside look at the fast-paced, alcohol-filled, foul-mouthed, whirlwind scene of restaurant life in Kitchen Confidential, Anthony Bourdain is back after a 10-year literary absence. Unapologetic and audacious as ever (his meat chapter starts with a "big fucking steak"), the self-described "monster of self-regard" shares recipes inspired by childhood memories, foods eaten during happier moments of his life, and his greatest hits. Highlighting dishes that Bourdain likes to feed his family and friends with, Appetites is a tribute to his beloved daughter, who he had at 50 years old, created in a "desire to make up for lost time." "There is nothing remotely innovative about the recipes in this book. If you are looking for a culinary genius to take you to the Promised Land of next-level creativity, look elsewhere," reads the intro. We'll respectfully disagree.

Recipe to try: malloreddus with wild boar sugo

Less about recipes and more about the tattoos that have become synonymous with being a chef, Knives & Ink gives a gorgeously illustrated look at some of the standout body art brought to you by 60 kitchen pros of all culinary calibers. With accompanying stories, memories, and even tributes as colorful as the ink itself, some of the most noteworthy chefs are placed in the center of our plates for delightful consumption. The collection of recipes included from some of the best kitchens around is just the (literal) cherry on top.

Recipe to try: Robin Wheeler's cherry bourbon old-fashioned jam

If vegetarian cuisine has never been your go-to choice, prepare to be converted by these authors, who just also happen to be the chefs behind uber-popular Philadelphia restaurants Vedge and V Street. Featuring more than 100 vegetarian and vegan dishes straight off of the beloved menus (but adapted for the at-home cooks), expect the recipes, categorized by snacks, small and large plates, desserts, and cocktails, to truly deliver on their promise to turn even the most passionate carnivores into plant-loving fans.

Recipe to try: black garlic pierogi

As a city girl through and through, I have never had any dreams of living in the countryside. That is, until I chanced upon Manger, the blog of Mimi Thorisson, a few years ago. Devoted to the art of French gastronomy and her rural life in a chateau in the Medoc region of France, this Francophile shares her culinary magic in an atypically (at least for the French) accessible manner. We dare you not to fall in love with her life, made more colorful by her brood (consisting of the most photogenic children there ever were and a band of fox terriers), exquisite recipes, and the charm of the untouched country.

Recipe to try: quail mille-feuille

Part of the food revolution that has put the farm-to-table movement at the forefront of L.A.'s culinary scene, Jessica Koslow's restaurant, Squirl, set the new standards for health-conscious cuisine that doesn't lack the slightest in profile or Instagram worthiness. Soulful, yet easily adaptable to dietary modifications (a must in California), the ingredient-driven recipes range from simple "eggs of all kinds" to more complex, flavor-layered concoctions like baccala flower pot and rabbit ballotine. After flipping through the pages of drool-inducing recipes, we agree with Koslow wholeheartedly: It is everything we want to eat.

Recipe to try: black cod ceviche with purple yam and aguachile

If you loved My Life in France, Julia Child's best-selling memoir about her culinary beginnings in the food's capital, you're going to want to read this follow-up about what happened when "America's First Lady of French Food" set her sights on the, at the time, expanding medium of television. Written by Child's grandnephew, who also co-wrote My Life in France, the book recounts the culinary icon's life after she brought her talents back to the U.S. and embarked on her second act to take over kitchens in every American household. While examining her life and relationships with her husband, editor, and talents that she mentored (Jacques Pepin and Emeril Lagasse among them) and detailing the challenges that she had with notoriety, the book highlights flavors and philosophies that fueled her style of cooking, the legacy of which would go on to change and shape the way we eat today.

Dinner at the Long Table by Andrew Tarlow and Anna Dunn

From the restaurateur who has made Brooklyn, New York, into a culinary hotspot of flavors, comes a rousing debut cookbook divided by 17 menu ideas meant to be celebrated quite literally. Brimming with recipes that are designed for special occasions as well as the change of seasons and even weekend feasts, Dinner at the Long Table bursts with an invitation to participate in the joy of sharing food and finding delight in the smallest (summer farewell) and biggest (wedding anniversary) of life's events. Warning: The literary spirit is so contagious, you will find yourself unable to stop drooling over recipe after recipe until you get to the very last page.

Recipe to try: rabbit and chorizo paella

Poole's: Recipes and Stories from a Modern Diner by Ashley Christensen with Kaitlyn Goalen

Truer words could not have been said: "Diners are an American fixture. As one of the most accessible forms of restaurants, diners are places where strangers can find familiarity through food." But don't let accessible, said in the introduction of Poole's, translate to basic. Owner of seven restaurants based in Raleigh, North Carolina, Ashley Christensen has built a name for herself in cuisine that's as soul-feeding and familiar as it is innovative and experimental. A love letter to the diner institution, you can't help but feel comforted by Christensen and the dishes featured.

Recipe to try: Lamb meatloaf with mushroom pan gravy

The Artists' and Writers' Cookbook: A Collection of Stories with Recipes edited by Natalie Eve Garrett, illustrated by Amy Jean Porter

As the name suggests, this book is a collection of personal, food-related stories with recipes from artists and writers. Anthony Doerr, James Franco, Marina Abramović, and others divulge their favorite foodie fantasies and memories in this delightfully illustrated culinary anthology that was inspired by the 1961 cookbook of the same name, which included recipes from the likes of Marcel Duchamp and Harper Lee. This is no mere cookbook, though, with narratives as delightful to your literary palette as the recipes are to your culinary one.

Recipe to try: Ed Ruscha's cactus omelet

From the owner of six successful restaurants comes this collection of family-style recipes perfect for entertaining and made for hosts who love feeding a crowd. Inspired by a recuperative trip to Italy and sectioned by main dishes, with a list of side dishes and condiments to serve with them, Mozza at Home helps rediscover the joy of cooking and eating at home in the age where restaurants of one fame or another are popping up faster than the chef's line moves. Readers will be rewarded with a selection of recipes, from soulful to seasonally innovative, and encouraged to mix and match, as all the flavors and textures of the dishes complement one another—not an easy feat for a book with more than 150 recipes.

Recipe to try: Dean Fearing's Frito pie with whole-leaf Caesar salad with fried parsley leaves and anchovy croutons

Made for those who dread cooking on weeknights, this book, from the founders of the popular online kitchen and home company of the same name, takes the planning of inspiring dinners and brown-bag lunches out. You will forget all about GrubHub as soon as you delve into this photo-driven book that divides the chapters by base dishes, to be made over the weekend, with a foolproof formula of how to stretch them over the week in a variety of innovative ways. With grocery lists and timelines accompanying each week, cooking ahead has never been easier or more delicious.

Recipe to try: chicken cutlets with chermoula and preserved lemon

Ten Restaurants That Changed America by Paul Freedman with an introduction from Danny Meye

It's been a while since we seen historical precision so masterfully combined with a food narrative. A food historian, Paul Freedman dives into the history of stateside restaurants in the last two centuries whose heritage contributed to the way the food industry operates today. By looking at the wider story of race, class, gender, and immigration through the lens of establishments like Delmonico's, Sylvia's, Mamma Leone’s, Le Pavillon, and The Mandarin, Freedman explores the way the nation's palette and, more importantly, views, have come to evolve. You will love the delectable aftertaste left in your mind after you are done with this educational, but also highly entertaining, read.

If the title doesn't give it away, this food volume is a work of art in itself. Inspired by the impressionist masterpieces of Claude Monet and the dishes prepared in his Giverny, France, kitchen, this part coffee table book, part cookbook features 80 recipes as vibrant and full of life as the paintings that Monet used to paint. A fitting tribute to the food connoisseur, who was brought up on the finer foods of Normandy, The Monet Cookbook is additionally filled with reproductions of the artist’s work and photographs. Attempt to recreate, and watch the flavorful dishes come to life as if they were from one of Monet's mouthwatering stills.


Make it GLUTEN FREE!

This is SO EASY to make GF. All you have to do is make sure you use a GF Taco seasoning (homemade is always a sure-bet). Gluten Free taco seasoning is really easy to find at your local grocery store. McCormick brand makes a great one. Also, you need to make sure the chili you are using if gluten free as well. Hormel brand (original style) is gluten free. That is a great bet. Just check those couple things and you are good to go!


Voir la vidéo: Recette: tarte aux pralines - Les carnets de Julie (Août 2022).